Stagflation

La stagflation correspond à une situation économique où cohabitent à la fois une croissance faible ou nulle et une hausse générale des prix. Étant caractéristique d'un ralentissement de la croissance, la stagflation s'accompagne nécessairement d'un taux de chômage élevé. Le terme « stagflation » provient de la combinaison des termes stagnation et inflation.

Le terme a été utilisé pour la première fois par le Chancelier de l'Échiquier Iain Macleod en 1965 pour évoquer la situation économique au Royaume-Uni durant les Trente-Glorieuses. La stagflation s'est répandue à partir du choc pétrolier de 1973 qui a provoqué un ralentissement de la croissance et une forte inflation.

L'échec de la théorie keynésienne

En se fondant sur la courbe de Phillips, les keynésiens ont voulu faire le lien entre l'inflation et le chômage pour expliquer le phénomène de stagflation. Selon eux, si le chômage est élevé alors l'inflation est faible, et inversement. Mais au cours des années soixante, la réalité a remis en cause la théorie keynésienne puisque le chômage et l'inflation ont augmenté conjointement. Les politiques basées sur les analyses keynésiennes ont progressivement disparu au profit des idées développées par les économistes libéraux.

En réponse aux politiques de relance préconisées par les keynésiens, l'économiste américain Milton Friedman affirme qu'il existe inévitablement dans toute économie un taux de chômage naturel d'environ 5 %. Selon Friedman, la lutte contre le chômage naturel ne fait qu'augmenter l'inflation. Ce dernier estime qu'il faut chercher à combattre l'inflation pour résoudre le problème du chômage.

Pages connexes

Dernière modification de cette page le 29 avril 2016.Modifier