Déflation

La déflation correspond à la baisse générale et continue des prix provoquée par la réduction de la masse monétaire en circulation. Si pour beaucoup de ménages la baisse des prix apparaît comme une bonne nouvelle, les économistes la perçoivent comme un danger pouvant alourdir la dette de l'État et causer une crise financière.

Les causes de la déflation

Différentes hypothèses non monétaires ont été développées par les économistes afin de cerner les causes de la déflation. Parmi ces hypothèses principalement issues de l'analyse keynésienne, on peut citer :

  • La déflation par l'excès de production : Si la demande globale des consommateurs ne suffit pas pour acheter tous les biens et services vendus par les entreprises, alors les différents offreurs entreront en concurrence, ce qui conduira à une baisse des prix et à la faillite de certains d'entre eux.
  • La déflation par la baisse des coûts : Elle survient lorsque les coûts de production d'un bien sont en baisses. La baisse des coûts peut survenir lorsque les taxes, le prix des matières premières ou le prix du travail (salaires) diminuent. Cette baisse des coûts de production entraînera une baisse des prix de vente de la part du producteur.

C'est toutefois une explication monétaire reposant sur de la théorie quantitative de la monnaie qui s'est imposée pour expliquer la déflation. Selon cette théorie, la baisse générale des prix est due à la diminution de la masse monétaire en circulation dans l'économie. La diminution de la masse monétaire se caractérise principalement par le remboursement d'une dette par l'État ou par les ménages.

Les conséquences de la déflation

En période de déflation, les conséquences de la baisse générale des prix se répercutent en cascade. Elle entraîne automatiquement la baisse des salaires, la baisse de la consommation, et pour finir la baisse de la production. L'activité économique entre alors dans une spirale déflationniste qui conduit à une diminution du pouvoir d'achat des ménages.

L'économiste américain Irving Fisher a démontré que la déflation a également un impact néfaste sur la dette de l'État. Dans le cadre de sa théorie de la « debt deflation », ce dernier a démontré que le remboursement de la dette conduisait naturellement à une situation déflationniste puisque le remboursement d'un crédit correspond à une destruction de monnaie et donc à une diminution de la masse monétaire. On constate finalement que plus on rembourse la dette, plus on s'enfonce dans la déflation, et plus la dette s'alourdit.

Pages connexes

Dernière modification de cette page le 28 avril 2016.Modifier